Retour à l'accueil

ARTC

Association pour la Recherche sur les Tumeurs Cérébrales

Partenaire de la Fédération de Recherche sur le Cerveau

Espace professionnel

Tumeurs cérébrales et sexualité

Les tumeurs cérébrales peuvent avoir un effet passager sur la sexualité. Quels sont les conséquences éventuelles des différents traitements ?

Il peut arriver que les organes génitaux soient affectés par la chimiothérapie, aussi bien chez l’homme que chez la femme. Ce phénomène est très inconstant et dépend beaucoup du type de chimiothérapie, de votre âge et de votre état général.En dehors de l’éventuelle fatigue et baisse temporaire de l’état général, la chimiothérapie n’entraîne pas de modification de la capacité et du désir sexuel. En revanche, une baisse transitoire de la libido (du désir) est fréquente après la radiothérapie et s’estompe progressivement dans l’année suivant la fin de l’irradiation. Le recours à des traitements hormonaux peut jouer un rôle, et il ne faut pas hésiter à en parler à votre médecin.


Pour les femmes :
Les règles peuvent être modifiées en fréquence et en quantité. Elles peuvent être irrégulières voire même interrompues pour une période plus ou moins variable. L’absence de règles est d’autant plus fréquente et durable que votre âge s’approche de la cinquantaine. Il peut parfois survenir une ménopause avec les modifications hormonales qui l’accompagnent : bouffées de chaleur, démangeaisons, sécheresse ou impression de brûlure au niveau des muqueuses vaginales.
Des traitements peuvent être prescrits pour atténuer ces troubles.
En ce qui concerne la capacité de grossesse, rappelez-vous que les modifications du cycle menstruel ne signifient pas impossibilité de grossesse. Si vous êtes concernée par le risque de grossesse, ne confondez pas chimiothérapie et contraception. Parlez-en à votre médecin qui vous proposera une méthode de contraception efficace et adaptée à votre maladie et à votre traitement. Une grossesse est presque toujours déconseillée au cours d’une chimiothérapie. Par contre, sachez que cela vous sera presque toujours possible après la fin du traitement.


Pour les hommes :
La chimiothérapie peut entraîner une diminution de la fertilité par modification du sperme. Le sperme peut devenir pauvre en spermatozoïdes ; il est très difficile de prévoir si une absence de fertilité surviendra et combien de temps elle durera. Aussi n’hésitez pas à interroger votre médecin sur ce problème. Il est possible de contourner cet inconvénient par la conservation du sperme fertile prélevé avant le début du traitement dans un centre spécialisé (CECOS).
Sexualité et chimiothérapie
Il n’y a pas de retentissement de la chimiothérapie sur la sexualité en dehors de la fatigue possible liée aussi bien à la maladie qu’au traitement. En revanche, une réduction de la sexualité est fréquente chez les hommes après traitement d’une tumeur cérébrale par chirurgie et radiothérapie. Cette baisse de la libido se corrige ensuite progressivement.

17 Jan 2012

Soutenir l'ARTC
  • Page Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Contact
  • Rss

Côté pratique

Guide du patient, adresses, numéros utiles...
>> Lire la suite

La lettre de l'ARTC

Découvrez en ligne
la lettre bi-annuelle de l'ARTC
>> Lire la suite

ARTC TV

Découvrez les vidéos réalisées par l'ARTC
>> Lire la suite

Partagez !

Aidez nous à faire connaître l'action de l'ARTC
>> Lire la suite