Retour à l'accueil

ARTC

Association pour la Recherche sur les Tumeurs Cérébrales

Partenaire de la Fédération de Recherche sur le Cerveau

Espace professionnel

Le traitement par Radiothérapie

C'est un des traitements les plus importants des tumeurs cérébrales. Il s'agit d'un traitement indolore qui consiste à cibler la tumeur avec des rayons X ou des photons

La radiothérapie

En règle générale, seules la tumeur et la zone immédiatement au contact (marge de sécurité) sont irradiées.
Ce traitement nécessite une 1ère consultation avec un médecin radiothérapeute puis 2 ou 3 séances préparatoires. Ces séances peuvent être assez longues (environ une heure) afin de permettre au radiophysicien et au radiothérapeute de calculer très précisément les doses ainsi que le nombre et la taille des champs d'irradiation nécessaires (c'est le centrage). Au cours de ces séances, un masque adapté au visage du patient est constitué. Il permettra une bonne contention et une bonne reproductibilité de l'irradiation.


Ensuite, chaque séance de traitement ne dure que quelques minutes et est répétée chaque jour de la semaine, sauf le week-end pendant une durée variable allant de quinze jours à six semaines (en moyenne cinq à six semaines). La radiothérapie est le plus souvent délivrée en externe sans hospitalisation.
Le principal effet secondaire de la radiothérapie encéphalique est d'entraîner dans la zone irradiée une chute des cheveux qui débute environ deux ou trois semaines après la mise en route du traitement. Si nécessaire, une prothèse capillaire est prise en charge par les assurances sociales.
Les cheveux repoussent dans les mois qui suivent la fin de la radiothérapie, parfois plus fins et plus clairsemés. Des rougeurs cutanées (comme un coup de soleil) et des démangeaisons peuvent aussi survenir.


Il est assez fréquent d'observer dans les semaines ou les premiers mois qui suivent l'irradiation une certaine aggravation de la gêne neurologique, en particulier une somnolence, un état dépressif, une irritabilité, une perte d'appétit ou des nausées, ainsi qu'une difficulté à fixer son attention et à mémoriser. Ces troubles peuvent s'accompagner d'une apparente aggravation de la lésion visible à l'IRM (« pseudoprogression ») et disparaissent progressivement en l'espace de quelques mois. Ce phénomène traduit donc une réaction habituelle, sans gravité.
A de rares exceptions près, la radiothérapie ne peut pas être répétée plusieurs fois.

Radiothérapie stéréotaxique

Comme la chirurgie, la radiothérapie est parfois administrée en condition stéréotaxique en une seule ou plusieurs séances lorsqu'une très grande précision est nécessaire (l’appareil s’appelle un Linac ou un Gamma-knife) et que la tumeur est de petite taille. Dans ce cas, un cadre stéréotaxique est placé sur la tête du patient (voir chirurgie stéréotaxique) avant l'irradiation. Cette technique est surtout adaptée à la prise en charge des métastases cérébrales. Réservée à certains cas particuliers, la "protonthérapie" permet d'obtenir un ciblage parfait (on peut ainsi, comme avec la stéréotaxie, augmenter la dose sur la tumeur en épargnant le tissu sain).

41 casque stérétaxique

1 avr 2011

Soutenir l'ARTC
  • Page Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Contact
  • Rss

Côté pratique

Guide du patient, adresses, numéros utiles...
>> Lire la suite

La lettre de l'ARTC

Découvrez en ligne
la lettre bi-annuelle de l'ARTC
>> Lire la suite

ARTC TV

Découvrez les vidéos réalisées par l'ARTC
>> Lire la suite

Partagez !

Aidez nous à faire connaître l'action de l'ARTC
>> Lire la suite