Retour à l'accueil

ARTC

Association pour la Recherche sur les Tumeurs Cérébrales

Partenaire de la Fédération de Recherche sur le Cerveau

Espace professionnel

Compte rendu de la dernière réunion du conseil scientifique

Le conseil scientifique de l’ARTC s’est réuni le 08 novembre 2010 de 8h30 à 9h30 dans la bibliothèque du service de neurologie 2-Mazarin dans le groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière.

Le Pr Delattre, le Pr Mazeron, le Pr Cornu, le Dr Mokhtari, le Dr Martin-Duverneuil, le Pr Hoang-Xuan, le Pr Sanson, le Dr Laigle-Donadey, le Dr Idbaih et le Dr O Delattre étaient présents. Les différents projets abordés ci-après, soutenus par l’ARTC et ses donateurs, ont été présentés, discutés et validés.

1) L’ARTC poursuit son soutien aux sociétés savantes impliquées dans la recherche sur les tumeurs cérébrales de l’adulte et de l’enfant. Ainsi, l’ARTC Rhône-Alpes soutient l’Association des Neuro-Oncologues d’Expression Française (ANOCEF) via une subvention de 20000 euros permettant le financement d’un poste de d’attaché de recherche clinique (Mme Martine Lionnet sous la supervision du Pr Honnorat). Ce poste est absolument crucial au bon fonctionnement de l’ANOCEF (coordination, logistique). L’ARTC Bordeaux-Aquitaine, quant à elle, apporte son aide à la Société Française des Cancers de l’Enfant (SFCE) en versant une subvention de 20000 euros visant à soutenir un travail de recherche sur les tumeurs cérébrales de l’enfant.

2) L’ARTC a permis la mise en place d’un centre pilote régional « OncoNeuroTox » dédié aux complications des traitements anticancéreux (i.e. radiothérapie et chimiothérapie). Ce centre piloté notamment par les Drs Psimaras et Soussain et soutenus par l’ARTC et le Dr Ricard est d’ores et déjà opérationnel. Il est basé sur deux sites à Paris : le groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière et l’hôpital du Val de Grâce. Le centre OncoNeuroTox propose aux patients présentant des complications liées aux traitements antitumoraux une prise en charge médicale spécifique multidisciplinaire. Parallèlement à cette prise en charge, le centre développe également des activités de recherche clinique (base de données clinique, essais thérapeutiques) et expérimentale (modèle murins de leucoencéphalopathie radique).

3) L’ARTC permet à de jeunes médecins « fellows » de compléter leur formation en neuro-oncologie dans le service de neurologie 2-Mazarin (Drs Polara, Reyes, Petrirena). Parallèlement à leur formation clinique et à leur participation dans la prise en charge médicale quotidienne des patients, ils participent à la recherche clinique menée dans le service 2-Mazarin dans lequel 14 essais cliniques nationaux ou internationaux sont ouverts. Par ailleurs, les Drs Reyes et Petrirena développent en parallèle leur projet de recherche clinique propre.

4) L’ARTC permet également à des médecins académiques africains confirmés de se former, lors d’un stage court de 3 mois, sur un aspect particulier de la neuro-oncologie et d’envisager des essais cliniques spécifiques possibles à leur retour. Quatre candidats ont été sélectionnés cette année par un comité universitaire franco-africain (les Drs Coulibaly, Kouakou, Napon et Thioub). Chacun a reçu une bourse de 5000 euros.

5) L’ARTC favorise la formation des médecins à la recherche biologique des tumeurs cérébrales. Ainsi, le Dr Xiao-Wei Wang, radiothérapeute, effectue grâce à l’aide de l’ARTC une thèse de science portant sur un gène clé dans les gliomes, le gène codant pour l’isocitrate deshyrdogénase (IDH). En effet, le rôle et le potentiel intérêt clinique de ce gène fréquemment muté dans les gliomes ne sont pas encore élucidés. Le Dr Di Stefano travaille également au laboratoire sur les facteurs moléculaires permettant de prédire de la réponse au bevacizumab. Après ce stage au laboratoire, elle rejoindra prochainement l’équipe de fellows grâce à une bourse de l’ARTC.

6) L’ARTC soutient également la recherche clinique et biologique sur les tumeurs cérébrales plus rares, en particulier les lymphomes cérébraux primitifs. Le Dr Gonzales-Aguilar avec le soutien de l’ARTC participe à l’élaboration d’une base de données clinique reliée à une tumorothèque. Cet outil est le socle indispensable pour la recherche clinique. Dans la même thématique, l’ARTC permet à une étudiante en master 2 (Mme Habbita) de travailler sur la caractérisation moléculaire de ce type de tumeur cérébrale.

7) Enfin, l’ARTC est aussi présente pour aider les études cliniques, pourtant cruciale, mais n’ayant pas bénéficié de soutien financier autre. Ainsi le Dr Laigle-Donadey va mener un essai clinique important évaluant l’efficacité de la dexamphétamine dans le traitement de la fatigue, un symptôme extrêmement invalidant altérant la qualité de vie des patients traités pour une tumeur cérébrale.

9 avr 2011

Soutenir l'ARTC
  • Page Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Contact
  • Rss

Côté pratique

Guide du patient, adresses, numéros utiles...
>> Lire la suite

La lettre de l'ARTC

Découvrez en ligne
la lettre bi-annuelle de l'ARTC
>> Lire la suite

ARTC TV

Découvrez les vidéos réalisées par l'ARTC
>> Lire la suite

Partagez !

Aidez nous à faire connaître l'action de l'ARTC
>> Lire la suite